« Commencez par les pétunias ! » (2)

auteur : Fanhong, licence CC BY-SA 3.0

Lors de ma formation aux méthodes de Placemaking, chez PPS à New-York en 2012, j’ai découvert l’efficacité américaine : pas de « philosophe de la Ville » pour gloser sur la notion d’espace public, mais des recettes éprouvées et des slogans percutants que l’on n’oublie pas, dans le genre « lighter / quicker / cheaper » ou encore « Start with petunias ». Ce dernier signifie que si vous vous engagez dans la transformation durable d’un lieu, et si vous n’avez pas encore réuni les fonds nécessaires, vous pouvez quand même trouver le moyen d’apporter quelques pots de fleurs et y planter des pétunias, ou tout ce que vous voudrez, histoire de faire savoir aux passants que les choses bougent et que ce n’est que le début.

C’est ainsi que huit ans plus tard, me voici avec toute une équipe en train de repeindre des jardinières en béton devant l’hôtel de la Gare à Hennebont, un établissement abandonné pour lequel une association d’habitants porte un beau projet d’économie sociale et solidaire. En attendant que les prêts et les subventions arrivent, ce petit chantier de nettoyage et de mise en couleur est la meilleure manière de signaler que ça bouge. Une télé régionale est là, et des habitants du quartier s’arrêtent pour engager la conversation, tout contents de savoir que le café-restaurant-hôtel de la Gare va redevenir le haut-lieu de vie de quartier qu’il était jadis. Au-delà du bâtiment lui-même, le projet porte aussi sur la reconquête du parvis de la gare et d’un jardin public un peu abandonné qui fait face à l’hôtel – et pour cela, il est prévu un Place Game, un spectacle, un atelier participatif. Un vrai projet « community driven », comme ils disent chez PPS, c’est à dire conduit par un groupe d’habitants.

Je ne sais pas encore ce qu’il va y avoir dans les bacs à fleurs, mais j’aimerais bien y trouver de la place pour quelques pétunias, ne serait-ce que pour envoyer la photo à PPS et leur faire part de ma gratitude. L’idée que l’on puisse engager la transformation d’un lieu avec trois fois rien, des fonds de pots de peinture par exemple, peut paraître évidente… encore faut-il y penser, et passer à l’acte.

Voir aussi : « Commencez par les pétunias ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s