Comment bien implanter les bancs publics ?

Depuis bientôt dix ans que ce blog fulmine contre les bancs publics mal conçus ou mal implantés, il ne m’était pas venu à l’esprit de proposer une sorte de guide pratique pour l’implantation des bancs. Cette idée m’est arrivée aujourd’hui, mais avant de passer à l’action, j’ai voulu vérifier si par hasard un tel document n’existerait pas déjà. Et j’ai bien fait, car j’ai découvert que Nantes Métropole propose ici un catalogue de recommandations pour les bancs publics, issu de « propositions de l’atelier co-construction du conseil des usagers de l’espace public » – donc résultant apparemment d’une « approche ascendante », ce qui ne peut pas nuire dans ce genre de sujet (chacun sait que la personne la mieux placée pour parler de la qualité d’un banc, c’est celle qui s’y asseoit, et non celle qui l’a dessiné ou qui l’a implanté).

Ce document est fort bien fait et complet, il gagnerait peut-être à être simplifié pour être présenté sous la forme d’un aide-mémoire ou d’une liste à cocher, à l’usage des agents des services techniques des collectivités qui ont d’une part à choisir du mobilier dans des catalogues, et d’autre part à implanter les bancs dans des espaces publics. On pourrait également suggérer que ces équipements ne soient pas scellés définitivement dans un premier temps, de manière à ce que l’on puisse les déplacer au cas où ils ne fonctionneraient pas.

Il est judicieusement rappelé que les bancs publics ont cinq fonctions principales :

1. l’usage de repos : « s’asseoir, faire une pause, souffler, se poser pour se reposer , se coucher (méridiennes)»

2. l’usage utilitaire : « s’installer pour se restaurer, prendre le soleil, se mettre à l’ombre, patienter, surveiller les enfants, lieu de séjour ou de vie pour certaines personnes… »

3. l’usage de loisir : contemplation, lecture, ludique, usage détourné… : « jouer avec les bancs, s’arrêter pour profiter du paysage, de l’animation de la rue ou de la place » « entrer en interaction avec la ville, jouer avec elle » « lire, méditer », « suivre la ville et regarder l’activité de la ville, passer le temps, observer la nature, les gens »

4. le rôle dans la vie sociale (convivialité, échanges, rencontre…) : « regarder ses enfants jouer, présence humaine et attention vigilante collective, permettre la sociabilisation, lieu de rendez-vous, »

5. le rôle de structuration de l’espace public : « orienter les piétons », et l’esthétique qui peut être un « marqueur d’identité d’une ville ».

On notera également que l’agence d’urbanisme de Lille propose ici toute une stratégie pour l’implantation de « bancs-relais » sur le territoire de Lille Métropole, avec notamment la réalisation d’un « schéma directeur » (ici on est typiquement dans une « approche descendante » de la question, mais si cela permet de faire progresser la bonne cause des bancs publics…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s