Qu’est-ce qu’un espace vert ?

Cette friche au cœur d’un quartier urbain est-elle un espace vert ?

Le coupage de cheveux en quatre est une bonne activité pour meubler nos journées de travail un peu raccourcies ou diluées par les temps qui courent, et je vous propose donc ce beau thème de réflexion qui peut nous occuper longuement l’esprit. Il m’incombe en effet de dresser un inventaire des espaces verts et autres éléments dits « naturels » dans une commune urbaine de 57 000 habitants et 1750 hectares. Ceci m’amène à me replonger dans ce sujet qui est tout sauf simple, comme vous allez le voir.

Wikipédia nous dit que l’espace vert est un espace d’agrément végétalisé et que « L’expression est généralement plutôt employée [sic] aux espaces publics ou semi-publics situés en milieu urbain ou péri-urbain ». Notez le « généralement plutôt », ainsi que la notion assez floue d’espaces « semi-publics ». Dans un article de 2007, Emmanuel Boutefeu, collaborateur du CERTU et éminent spécialiste de la question, se réfère quant à lui à la circulaire de 1973 bien connue de nos lecteurs, qui « définit les espaces verts de manière très extensive : les parcs, jardins, squares, les plantations d’alignement et les arbres d’ornement intramuros, de même que les bois, les forêts, les espaces naturels et ruraux périurbains sont considérés comme des espaces verts (chlorophylliens)« . Le « de même que » enjambe allègrement le critère de statut foncier contenu dans la définition précédente, ce qui me va très bien mais élargit notablement le champ.

On peut regarder aussi comment des chercheurs étrangers traitent la question. Dans Defining greenspace: Multiple uses across multiple disciplines, Lucy Taylor et al. indiquent que « en dépouillant 125 articles sur les espaces verts, nous avons constaté que moins de la moitié donnaient une définition de l’espace vert » et observent que « les auteurs ne donnent pas la même signification au terme, ce qui limite la possibilité pour les chercheurs de tirer des conclusions de contextes multiples et de réaliser des synthèses ». Les auteurs concluent que « l’espace vert est habituellement, mais pas toujours, composé de végétation et associé à des éléments naturels ». Au passage, on émettra l’hypothèse que la notion de « greenspace » soit plus extensive que celle d’espace vert, qui semble se rattacher chez nous à un domaine d’intervention des collectivités territoriales.

Tout cela ne nous avance pas tellement, mais nous en retirons tout de même l’idée qu’un espace vert a une forte tendance à être vert, et que les considérations d’aspect ont plus d’utilité que les critères juridiques dans lesquels on a vite fait de s’engluer pour pas grand-chose (1). Ce constat a une incidence directe sur la typologie à mettre en œuvre : malgré toutes ses qualités, la typologie mise au point par l’AITF (association des ingénieurs territoriaux de France) se limite aux espaces verts gérés comme tels par les collectivités et laisse de côté tout le reste, entre autres les espaces agricoles, naturels et les friches en tout genre, ce qui peut faire beaucoup.

Ces questions n’ont sans doute qu’un intérêt très théorique lorsqu’on opère dans des quartiers urbains centraux : le bien nommé « square » est ainsi, très souvent, un quadrilatère de verdure facile à identifier et à délimiter. Mais dès qu’on s’écarte des centres apparaissent rapidement, dans les interstices du tissu urbain, des espaces bizarres, mal peignés, difficiles à qualifier mais qui pour autant peuvent mériter notre intérêt, parfois davantage même que des parcs dûment identifiés, parce qu’on peut y concevoir de beaux projets, ou tout simplement décider de les laisser tranquilles, ce qui n’est pas rien. Ces espaces, j’en ai trouvé en quantité lors de mes premières séances de terrain, et il va bien falloir que je m’en débrouille. Cette question des investigations de terrain fera d’ailleurs l’objet d’un prochain article.

(1) Affirmation péremptoire que j’essaierai d’argumenter prochainement.

2 commentaires

  1. Bonjour Jean-Pierre,

    Bine sûr tu inclus quelque part les parcs et jardins privés dans les zones urbanisées qu’ils soient en centralité ou plus loin…?
    Bonne journée
    Bruno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s