La pêche urbaine

Voilà une activité qui se pratique dans pas mal de villes, mais qui semble connaître un regain d’intérêt depuis quelques années, lequel s’accompagne d’un net rajeunissement – d’ailleurs on parle maintenant de « street fishing », ce qui fait nettement plus branché que « pêche à la ligne ». Le pépé ventripotent à casquette Ricard assis sur son pliant, avec son mégot au coin de la bouche, a laissé la place à des jeunes gens sportifs, qui ne pêchent pas pour se nourrir : le « no kill » est de règle, et d’ailleurs, pour ceux qui pratiquent à l’heure du déjeuner avant de retourner au bureau, l’entreposage des prises pourrait poser quelques problèmes. J’avais été frappé par cette pratique il y a une dizaine d’années à Poitiers, mon passage il y a quelques jours sur les bords du Clain m’a permis de constater qu’elle est bien ancrée dans le paysage urbain.

On peut y voir un heureux effet de l’amélioration globale de la qualité de l’eau, et du développement des accès publics aux berges – c’est manifestement le cas à Poitiers, où le Clain était jadis pollué et plus difficile d’accès. C’est aussi une illustration d’un intérêt croissant pour les pratiques de loisirs dans une nature proche du domicile et – jargonnons un peu – un bel exemple de « multifonctionnalité de la trame verte et bleue ». La photo ci-dessus, prise il y a quelques jours au centre de Poitiers et sur laquelle on voit un père initier son fils à la pêche à la mouche, rappelle aussi l’importance de la transmission des savoirs dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s