Minéralité des espaces publics

La place de Bretagne.

Il y a quelques jours, je me balade un soir avec une Nantaise qui me fait visiter diverses places du centre-ville tout en déplorant leur caractère trop minéral à son goût. A une époque où l’on parle beaucoup de « verdir les villes » en y implantant d’hypothétiques « forêts urbaines », le débat entre minéralité et verdure mérite notre intérêt et nous avons d’ailleurs déjà abordé ce sujet ici.

Le parvis de l’église Saint-Nicolas (place Félix Fournier).

Première étape, la place de Bretagne, au pied d’une grande tour de bureaux. Je ne l’ai jamais trouvée très avenante, mais elle fait correctement son boulot de connecteur entre le tramway qui la traverse et des grands axes piétonniers. Il y a des arbres et des bancs en périphérie, pour le reste cet espace entièrement dallé et légèrement en pente est à la fois un lieu de déplacements fluides et une sorte de scène urbaine où l’on peut s’installer pour voir passer les gens. Étape suivante, le parvis de l’église Saint-Nicolas, complètement minéral mais où les marches de l’église ainsi qu’un café arrivent à fixer du monde et à rendre l’endroit accueillant dans une ambiance calme.

La place Royale.

Tout à côté, la place Royale est une des fiertés de Nantes. Entièrement minérale, elle comporte une superbe fontaine, entourée de marches et, ces temps-ci, recouverte d’une sorte de proue de cargo qui attire de nombreux visiteurs. Il y a là plein de gens qui flânent, qui bavardent ou qui pique-niquent assis sur les marches. Ici ce sont la fontaine et ses marches qui « sauvent » le lieu, dont le caractère dégagé autorise de nombreux événements à longueur d’année – spectacles, marchés, manifs ou autres.

La place Graslin.

Enfin, la place Graslin est un autre lieu emblématique de la ville, qui flatte notre goût national pour les ordonnancements réguliers de l’architecture classique. Pas un brin d’herbe ici non plus, mais un fameux sociotope grâce aux cafés environnants et, surtout, aux marches du théâtre qui sont orientées plein sud et permettent de se gaver de soleil tout en observant le spectacle. Et le spectacle, il y en a en ce moment car les autorités ont fait installer pour l’été une vaste aire d’évolution en ciment lisse pour les patineurs, judicieusement entourée de blocs de béton qui permettent de s’asseoir ou de s’adosser dans toutes sortes de positions.

Un rapide bilan de cette visite de quatre places minérales : pour la biodiversité et la fraîcheur urbaine, c’est archi nul, mais pour ce qui est de la vie sociale, ces espaces pourraient difficilement faire mieux et il n’est pas sûr que des plantations d’arbres leur apporteraient quoi que ce soit, à part une fragmentation de l’espace, une moindre polyvalence et une fermeture de vues appréciées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s