Triangulons !

Selon l’urbaniste et anthropologue W.H. Whyte, « la triangulation est le processus par lequel un stimulus externe établit un lien entre des gens et amène des étrangers à se parler comme s’ils se connaissaient ». Dans un espace public, le choix et l’arrangement de différents éléments peuvent mettre en place une triangulation. Par exemple, si un banc, une poubelle et un téléphone sont placés sans connexion entre eux, chacun n’aura qu’un usage limité, mais s’ils sont disposés ensemble et en relation avec d’autres aménités, comme un kiosque à café mobile, ils vont naturellement rapprocher les gens. Ou encore : si dans une bibliothèque publique la salle de lecture des enfants est placée près du terrain de jeux d’un parc et d’un restaurant de plein-air, chacune de ces activités marchera mieux que si elles étaient distantes.

Bien que ne faisant pas partie des aménagements de l’espace public, le chien accompagné de son maître est typiquement un facteur de triangulation puisqu’il peut être un prétexte pour des personnes ne se connaissant pas à engager la conversation, surtout entre propriétaires de chiens. Combien d’idylles ont-elles pu naître entre des inconnus alors que leurs chiens étaient occupés à se flairer le derrière ?

Une boîte à livres judicieusement implantée dans un espace public pourrait être un excellent facteur de triangulation. Cette idée m’est venue il y a quelques jours en découvrant la boîte installée par la ville de Guidel, Morbihan, sur la place de l’église. L’équipement est bien fait et bien garni, mais malheureusement, il est implanté en haut d’un escalier raide – même s’il est accessible par un autre côté – et surtout, il n’y a ni banc, ni table à proximité. En fait, l’endroit est plutôt caché, ne se trouve pas sur un passage, et rien n’incite à y faire une pause. Installée à un autre endroit de la place, par exemple près de l’arrêt des bus, avec un banc pour s’assoir et un arbre ou un auvent pour s’abriter, cette même boîte à livres pourrait faire un malheur et permettre à des gens d’engager la conversation. Comme dit la chanson, « il suffirait de presque rien »…

Photos : parc à chiens à New-York ; boîte à livres de Guidel ; une boîte à livres avec de quoi s’asseoir à côté, c’est mieux (Saint-Chély-d’Aubrac).

Date de l’article d’origine : 25 janvier 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s