Planifier les espaces de jeux : le cas de Rotterdam (2)

Projet Dream Street, photo Jan van der Wolde.

Après avoir vu comment la planification s’est mise en place dans le temps, intéressons-nous maintenant aux thèmes qui ont été travaillés en vue d’améliorer l’offre d’espaces de jeux à Rotterdam. Il s’agit en l’occurrence des rues, des possibilités de jeu dans les parcs et espaces publics, et des cours d’écoles.

Les rues : En plus d’avoir utilisé la panoplie habituelle de mesures pour calmer le trafic, la ville a mis en œuvre des dispositions plus originales. L’une d’elles a consisté à supprimer des places de stationnement, à élargir des trottoirs, et à implanter des équipements ludiques et des espaces de vie sociale sur les espaces ainsi récupérés. Dans les quartiers résidentiels, les habitants – y compris les enfants – ont été invités à faire des propositions destinées à être financées par le programme « Dream streets », doté de 300 000 €. Dans l’esprit « opportuniste » dont nous avons déjà parlé, des aménagements ont aussi été réalisés à l’occasion de travaux de voirie. Mais la Ville a été aussi confrontée à des oppositions de riverains, en particulier dans des quartiers d’habitat relevant du secteur privé.

Square de Schout Heynricstraat, avant et après. Photo De Weerf Architecture.

Les parcs et espaces publics : Rotterdam regorge d’espaces de jeux – 1260 en tout, bien plus que dans les villes britanniques comparables. Mais leurs qualités sont généralement médiocres, ce qui offrait de multiples opportunités d’amélioration. Plutôt que de spécialiser les espaces et les équipements, l’accent a été mis sur la polyvalence, de manière à accueillir une grande diversité d’usagers. La vision de la Ville est présentée dans le document de 2016 « Kom Op Naar Buiten ! » (Sortons de chez nous !) que vous pouvez télécharger ici (en néerlandais, mais très illustré). L’ambition de la Ville était de travailler dans cet esprit sur 50 projets par an. Tim Gill donne ainsi l’exemple du jardin de quartier de Schout Heynricstraat, dont vous pouvez voir ci-contre l’image « avant-après » (j’ai vérifié sur Google Street que l’aménagement était bien conforme à la simulation présentée… on a parfois des surprises avec ce genre de choses). Enfin, une vingtaine de parcs ont été équipés de boîtes à jeux dans lesquelles les parents peuvent entreposer du matériel.

Les cours d’écoles : La Ville en a ouvert certaines en dehors des heures d’école, ce qui a conduit à en réaménager sept (à la date de 2018), là aussi pour les rendre plus polyvalentes et plus vertes, avec davantage de choix de jeux. Chaque école a été dotée d’un budget de 50 000 € en travaux, 6000 € en conception paysagère, 5000 € en maintenance et 4000 € en programmation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s