Les boîtes à livres (suite)

Nous avons évoqué à plusieurs reprises le phénomène des boîtes à livres, et vu dans ce succès fulgurant une victoire de l’idéalisme généreux sur le scepticisme aigri du genre « Ça ne marchera jamais chez nous, ça va être vandalisé, etc ». La boîte à livres est même devenue en quelques années une tarte à la crème de l’aménagement des espaces publics (« Eh, mais on n’a qu’à mettre une boîte à livres ! »). On trouve aujourd’hui de tout sous cette appellation, le meilleur comme le pire, et il y aurait matière à faire un inventaire national des boîtes à livres comme il y en a pour les ronds-points.

Certaines de ces boîtes sont moches, opaques, non signalées, posées au milieu de nulle part ou dans des environnements rebutants. D’autres sont jolies, transparentes, repérables, assorties d’un ou plusieurs sièges, installées dans des endroits où l’on peut avoir envie de s’attarder. Et je ne parle pas du contenu, qui peut être riche ou indigent. Comme en matière de bancs publics, le choix du modèle puis celui de l’implantation demandent un minimum de sens de l’observation et d’attention au confort de l’utilisateur.

A l’occasion de vacances par exemple, il peut être amusant de s’intéresser à ce thème. La photo du haut est prise à Saint-Agnan-en-Vercors. La cabine téléphonique récupérée (un grand classique en matière de boîtes à livres) est stratégiquement placée à un carrefour, près d’une aire de pique-nique et d’une aire de jeux pour enfants créée au bord d’un joli ruisseau aux eaux claires. Il y a un bon choix de lieux pour s’asseoir et bouquiner tranquillement, et de plus, il y a aussi un remarquable choix de livres dans la cabine – je lui décerne cinq étoiles. La photo du dessous, prise à l’Isle-Jourdain (Vienne), nous montre à nouveau une cabine posée dans une rue passante au centre du bourg. L’endroit n’est pas forcément exceptionnel mais le décor de la cabine est attrayant, et on a eu la riche idée d’adosser à celle-ci un siège en palettes qui est même protégé du soleil et de la pluie. Quatre étoiles !

La troisième photo, prise à Civray (Vienne), nous montre une boîte nettement plus modeste par son volume, son aspect et son contenu. Elle est bien située (en plein centre et près l’entrée d’un parc public au bord de la Charente), de ce fait on peut penser qu’elle pourrait faire bien mieux – plus grande, implantée juste à l’entrée du parc et avec un banc à côté, la boîte aurait plus d’allure et d’attrait. Deux étoiles pour la situation. Enfin, la dernière photo, que j’ai prise près de chez moi en bordure d’un quartier d’habitat social, nous fait voir une réalisation du genre austère : opacité totale, portes noires, rien pour s’asseoir aux abords, pas grand-chose de captivant à l’intérieur si ce n’est, pour les amateurs, une pile de numéros de Valeurs Actuelles… ce qui n’empêche évidemment pas que ce soit une bonne initiative.

Lire aussi dans ce blog : Le Monde découvre les boîtes à livres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s