Un sociotope parfait : le parc de Blossac à Poitiers

Dans l’article « Oldies but goldies », nous avons vu que les anciens parcs publics peuvent fonctionner à plein régime et rester des exemples à suivre, pour autant que leurs gestionnaires aient pris soin de les adapter aux attentes des publics les plus variés. A Poitiers, le parc de Blossac (9 ha) a été créé au 18e siècle. Situé au contact du centre-ville, sur une hauteur dominant la vallée du Clain, il a fait l’objet de diverses transformations au fil du temps, son aspect « à la française » un peu raide ayant été adouci par l’adjonction d’un adorable jardin anglais, d’une rocaille, d’une prairie de jeux, etc. La diversité des agréments et activités qu’il propose explique son succès auprès de tous les publics – enfants, personnes âgées, ados, familles, personnes seules ou en groupes d’amis, sportifs ou contemplatifs…

En le parcourant samedi 7 août, j’entreprends de dresser une liste des « valeurs de sociotope » et je trouve pêle-mêle : la vue (sur la vallée du Clain et la ville basse), le contact avec l’eau (pièces d’eau, jets d’eau en état de marche !), le calme, la présence de monde et l’impression de sécurité, le confort et la diversité des lieux pour s’asseoir à l’ombre ou au soleil (avec plein de chaises et fauteuils amovibles, comme au Luxembourg !), les jeux proposés ou possibles, les activités sportives (avec entre autres des équipements de musculation), des points d’eau (dont une jolie fontaine Wallace), un café pour boire ou se restaurer, des toilettes, des animaux, des parterres de fleurs, des événements occasionnels tels que des spectacles, une bonne accessibilité depuis la ville, le confort des cheminements, une propreté irréprochable… Et aussi d’élégantes statues, qui changent agréablement de ces bustes de notables évoqués ici l’autre jour. Par contraste d’ailleurs avec ce navrant parc d’Oloron-Sainte-Marie, avec son bassin à sec et son kiosque vidéo-surveillé, je relève le succès du jet d’eau, qui est le point focal du parc autour duquel les gens aiment à s’installer, et celui du kiosque à musique, aujourd’hui occupé par quelques ados qui y ont apporté des chaises et y bavardent ou s’y bécotent gentiment. Rien de « ringard » finalement dans ce vieux parc, qui peut avoir des leçons à donner aux concepteurs de parcs publics.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s