Quand les piétons dédaignent la ligne droite

La ligne droite est censée être le trajet le plus direct pour aller d’un point A à un point B, et c’est pour cela que le piéton semble avoir tendance à aller au plus court. Il suffit d’observer dans les carrefours le comportement de cette créature soumise à la loi du moindre effort pour constater qu’une trajectoire courte mais périlleuse est souvent préférée à une trajectoire sûre mais plus longue. De plus, les lecteurs de ce blog ont entendu parler du logiciel DepthMap, qui analyse les complexités de parcours et permet de comprendre pourquoi un espace vert atteignable par un trajet direct a des chances d’être bien plus fréquenté que s’il n’est atteint qu’au terme d’un trajet complexe, avec des changements de direction qui mobilisent bien plus d’information.

Dans la pratique, toutefois, le comportement des piétons peut se révéler nettement plus compliqué. Analysant 120 000 trajectoires de piétons dans les rues de Boston au moyen de données GPS, des chercheurs du MIT ont pu constater qu’elles déviaient très souvent du trajet le plus court pour aller du point de départ au point d’arrivée. Ils ont voulu comprendre quels étaient les facteurs qui provoquaient ces déviations, et ils se sont rendu compte qu’elles découlaient de l’agrément du parcours ou, en d’autres termes, de la « qualité d’expérience » vécue par le piéton le long de son trajet. Parmi les facteurs d’attractivité figurent la présence de parcs, la qualité des trottoirs, la diversité commerciale, le caractère fermé de l’espace et la régularité des façades. A partir de ce constat, les chercheurs ont construit un « indice de désirabilité des rues » permettant de repérer les rues les plus attractives, qui justifient des allongements de parcours, et celles qui le sont moins.

Le site présentant cette recherche propose une carte interactive très bien faite, qui permet pour un même trajet de A à B de visualiser côte-à-côte (par des images de Google Street View) l’aspect du trajet le plus court et celui du trajet préféré (voir image ci-dessus). C’est très convaincant, et nous avons donc là un outil d’analyse urbaine qui peut rendre des services, parce qu’il permet de mieux comprendre la complexité des comportements des gens et qu’il peut aider à rendre les villes plus attractives. A notre échelle, il peut aussi nous inciter à être des observateurs attentifs de nos propres comportements, de manière à pouvoir par nous-mêmes confirmer (ou, pourquoi pas, infirmer !) les conclusions de l’équipe du MIT.

L’article complet (Desirable streets: Using deviations in pedestrian trajectories to measure the value of the built environment), par A. Salazar Miranda et al., est accessible ici. Mais c’est plutôt pour des matheux (ce que je ne suis pas), vous être prévenus !

Merci à Simon Georget pour l’information.

2 commentaires

  1. Salut !
    Très intéressant. je me demande comment jouent les facteurs négatifs (le trajet que je ne prend pas parce qu’il y a un tunnel anxiogène par exemple, malgré le fait que le reste du parcours est intéressant.) Autrement dit, les déplacements ne sont-ils pas aussi un peu comme une arborescence : à chaque croisement s’offre un choix, mais une fois ce choix fait, les possibilités pour la suite du parcours en sont affectées. Les espaces ont-ils uniquement une valeur « en soi » ou ne sont-ils pas aussi fa

  2. Salut !
    Très intéressant. je me demande comment jouent les facteurs négatifs (le trajet que je ne prend pas parce qu’il y a un tunnel anxiogène par exemple, malgré le fait que le reste du parcours est intéressant.) Autrement dit, les déplacements ne sont-ils pas aussi un peu comme une arborescence : à chaque croisement s’offre un choix, mais une fois ce choix fait, les possibilités pour la suite du parcours en sont affectées. Les espaces ont-ils uniquement une valeur « en soi » liée aux trois principaux paramètre repérés ou dépendent-ils aussi de facteurs de leur environnement immédiat ou plus lointain, selon la continuité qui peut être mise en place. Je trouve intéressante aussi la valeur de 10% de plus qui est calculée. Un peu plus mais pas vraiment trop plus !
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s