« Une vision pour le lieu »… comment faire ?

Projet « Civic City » à Bordeaux : une liste d’attentes individuelles ne peut suffire à dégager une « vision pour le lieu », même si ce peut être une étape utile (Télérama 23/12/2020)

Nos camarades de Project for Public Spaces le répètent sans cesse : on ne risque pas d’aller loin dans un projet si on n’est pas capable de dégager « une vision pour le lieu », c’est à dire une représentation et une ambition qui donnent le cap à suivre et tirent tout le monde vers le haut. Voilà une idée convaincante, mais qui soulève quelques questions ; par exemple : comment cette vision est-elle supposée survenir ? ou encore : qui est censé l’avoir, et la porter ? Ces questions, je me les pose en ce moment, à propos de deux projets très différents : l’un, déjà évoqué ici, porte sur une place de bourg, dans le cadre classique d’une commande passée à un bureau d’études ; l’autre, également présenté ici, porte sur les espaces publics environnant une gare, dans le cadre bien moins classique d’un projet porté par des habitants.

Présentation d’une vision collective (PPS/New-York)

Arrêtons-nous un instant sur le terme « vision », qui peut être mal interprété : c’est celle qui consiste à voir loin, et qui n’a évidemment rien à voir avec la vision mystique ou psychédélique. Remarquons aussi que, tout comme l’intérêt général est autre chose que la somme des intérêts particuliers, une « vision pour le lieu » est autre chose qu’une collection de Post-It collés sur un tableau ou de bulletins dans une boîte à idées – ce peut être un début, mais il faut bien que quelqu’un essaie de sortir quelque chose de points de vue disparates voire contradictoires.

Comment faire apparaître une « vision pour le lieu » ? Dans bien des cas, la question ne se pose pas : un prestataire est payé pour avoir cette vision, ou au moins une idée, et il la propose à son client, qui l’accepte ou non. On peut aussi penser que c’est au client d’avoir cette vision lui-même, puis d’en confier la mise en œuvre à un prestataire (cas n° 1). Ou alors que les gens du coin sont capables de l’avoir par eux-mêmes (cas n° 2).

Dans le cas n° 1 (la place de l’église de P.), c’est le bureau d’études qui demande aux élus le 15 décembre s’ils ne pourraient pas essayer de s’entendre sur une vision idéale pour cet espace. Tout le monde trouve l’idée très bien, sauf que les élus sont des gens très occupés – mais rarement par ce qui vous intéresse vous – et deux mois plus tard, on n’a pas avancé. D’où l’idée de leur souffler quelques propositions venant des habitants. Il y a de la matière, car les 41 habitants qui se sont exprimés sur l’avenir de la place du bourg demandent tous à peu près la même chose (et cette belle unanimité nous arrange bien) : une place conviviale, avec davantage d’espace pour les piétons, une terrasse pour le café, un marché hebdomadaire et des coins pour s’asseoir et se rencontrer ou offrir des spectacles. La vision est là, simple et claire. Il n’y a plus qu’à la faire « approprier » par les élus, et à faire croire qu’elle vient d’eux.

Dans le cas n° 2 (les abords de la gare d’Hennebont), c’est un groupe d’habitants qui construit progressivement sa vision pour le lieu. Pas question de « flasher » tout de suite sur une idée géniale : tout le monde comprend que l’endroit est complexe et que le projet doit être crédible, d’où l’idée de l’« atelier Perec » pour entrer en profondeur dans l’esprit et le fonctionnement du site, puis d’organiser un PlaceGame par petites équipes pour commencer à faire émerger une vision collective, puis d’organiser un spectacle printanier dans l’espace vert attenant histoire de mieux saisir son potentiel, ce qui au passage nous permettra un jour d’aborder le sujet suivant : « Comment passer d’un événement ponctuel à un aménagement pérenne ? ».

Ces deux approches de la « vision pour le lieu », en amont de la conception du projet proprement dit, pourront donner chacune des résultats intéressants, mais les embûches ne manqueront pas et j’aurai donc à cœur de vous en donner des nouvelles au cours des mois à venir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s