La vie sociale des petits espaces urbains : la triangulation (2)

Sur le port de Bergen (Norvège)

Les musiciens et artistes rassemblent des gens. La plaza Rockefeller et celle de la First National Bank à Chicago programment régulièrement des groupes d’élèves, de rock ou autres. Toutefois, comme nous l’avons noté au sujet de l’effet d’amphithéâtre, le véritable spectacle est généralement dans le public. Beaucoup de gens regardent autant les autres que ce qui se passe sur la scène.

Ce n’est pas tant l’excellence du spectacle qui compte, c’est le fait qu’il relie des gens, et il arrive qu’un spectacle carrément mauvais fonctionne mieux qu’un bon. Certains artistes de rue, par exemple, peuvent être archi mauvais. Un des meilleurs parmi les pires est un jeune prestidigitateur dont les tours sont tellement courus et prévisibles que vous vous sentez quasiment obligé de les commenter avec votre voisin. A chaque nouveau tour, les spectateurs deviennent de plus en plus joviaux, se mettent à se raconter leurs propres trucs et se répandent en plaisanteries et échanges d’opinions. Et pour finir, le magicien ramasse une coquette somme.

Mais les bons artistes sont quand même mieux. Parmi eux, il y a les mimes. Par exemple, un mime marche vers deux jeunes cadres et dessine un grand carré dans l’air. Le public rit, et les jeunes cadres rient aussi. Et les flics sont d’excellents faire-valoir. Alors que l’un d’eux traverse la place, un mime arrive derrière lui en imitant sa démarche. Le flic se retourne, rit et serre la main du mime. Les spectateurs rient et sifflent en approbation.

La pratique la plus adroite est celle d’un jeune acrobate. Alors qu’il ramasse la monnaie, il essaie de repérer un policier. S’il y en a un dans les parages, l’acrobate recule soudainement et d’une voix forte, lui demande de ne plus le frapper à nouveau. La foule, furieuse de la brutalité policière, lui donne davantage d’argent.

Québec

Une des vertus des spectacles de rue est leur côté imprévisible. Quand des gens s’amassent autour d’un artiste – cela peut aller très vite, en 40 ou 50 secondes, ils ressemblent à des enfants qui tombent sur une friandise ; certains sourient de gourmandise. De tels moments sont une vraie récréation, même s’ils ne sont pas perçus comme tels, notamment par les commerçants des alentours qui font de leur mieux pour les faire interdire. Mais c’est là une chose de grande valeur, qu’il convient de favoriser.

Pourquoi ne pas inviter des artistes sur une plaza plutôt que de les interdire ? Une entreprise étudie actuellement un projet pour faire venir les meilleurs artistes de rue au pied de son nouvel immeuble, en leur proposant l’équivalent de plusieurs bonnes collectes pour qu’ils viennent se produire.

La plupart des éléments ayant un effet de triangulation ont de la valeur par eux-mêmes. Ne serait-ce que pour des raisons esthétiques, les Four Trees de Dubuffet améliorent beaucoup l’échelle et le sens du lieu sur la Chase Manhattan Plaza. Mais ses effets sociaux sont importants. En les observant, nous découvrons comment ils peuvent être anticipés et planifiés.

Je ne suis pas, le Ciel m’en préserve, en train de plaider en faveur du grégarisme maximal. L’anomie serait encore préférable. Ce que je veux simplement suggérer, c’est que c’est nous qui rendons les places plus amicales. Et nous savons comment. Tant par la conception que par la gestion de ces espaces, il y a de nombreuses manières de faciliter les rencontres entre les gens. Ce ne serait pas une mauvaise idée de progresser dans cette direction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s