La « fierté du lieu »

L’expression anglo-américaine « pride of place » a des significations variées. Pour les gens de PPS (Project for Public Spaces), il s’agit de la fierté que des gens peuvent éprouver par rapport à un lieu auquel ils sont attachés, ou encore de la fierté que l’on éprouve à se trouver dans un lieu donné. Nous appellerons cela la « fierté du lieu », et nous avons vu dans ce blog que celle-ci peut s’évaluer au travers de différents indices, comme le fait de se photographier dans un lieu, d’y emmener des amis ou encore de ramasser les déchets qui y traînent.

Poursuivant hier mes observations sur un quai portuaire en Bretagne, j’observe un indice inattendu et original de « fierté du lieu », car voici qu’arrive une rutilante Ford Mustang des années 1960, avec plaques américaines s’il vous plaît. Le conducteur se gare au ras du quai, sort de sa voiture et entreprend de la photographier sous toutes les coutures, mais en essayant d’avoir la mer en arrière-plan, car il doit penser que ce décor est plus flatteur qu’une rue de lotissement ou qu’un parking d’hypermarché, et il n’a sans doute pas tort. Le fait est qu’il a trouvé le bon coin, car à notre époque de dictature de l’écologie, comme dirait Pascal Bruckner, il est devenu franchement difficile de garer sa voiture au bord d’une falaise ou sur une plage.

Commentant la scène avec des passants, je note que ceux-ci ne s’en montrent pas spécialement surpris, car eux-mêmes sont venus photographier ici leur précédente voiture avant de la mettre en vente.

Pas de doute, les autochtones attachent manifestement une valeur particulière à ce quai. J’observe aussi qu’à chacun de mes passages, il y a là une ou plusieurs voitures garées face à la mer avec des gens à l’intérieur, ce qui suggère qu’il puisse exister aussi des « sociotopes pour automobilistes », quand le manque de bancs et l’inconfort thermique des lieux (le vent, par exemple), voire tout simplement la flemme de sortir, incitent les gens à rester confortablement installés tout en jouissant du spectacle. Voilà donc un nouveau sujet d’observation.

Voir aussi dans ce blog : Peut-on mesurer la fierté ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s