La triste condition des bancs publics

Dans le bourg de Treignac, en Corrèze, se trouve un petit espace vert qui montre des indices d’inutilisation : l’envahissement du gravillon par l’herbe, l’absence de traces de piétinement autour des bancs… L’endroit est à la fois peu visible, peu accessible, et peu intéressant. Tout près de là il y a une superbe promenade au bord de la Vézère, que viendrait-on faire et voir ici ? Les bancs eux-mêmes semblent se morfondre dans l’attente d’un visiteur. Ne pourrait-on pas les enlever de là et les mettre dans un endroit où ils auraient davantage de chances d’être utilisés ?

Non loin de là, dans le centre du bourg, d’autres bancs ne sont pas à la fête non plus, notamment  les deux ci-contre qui donnent sur une place à voitures. Ils se sont progressivement incorporés à la grisaille environnante et plus personne ne les remarque. Qui dira l’infinie tristesse de ces bancs sur lesquels plus aucun postérieur ne vient se poser ?

Date de l’article d’origine : 20 novembre 2019

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s