La fontaine polyvalente

Un des charmes de notre Doulce France est d’offrir à ses habitants et visiteurs, au moins dans certaines parties du territoire, des fontaines publiques qui peuvent prendre de multiples formes et servir à des usages divers, parfois inattendus. Si certaines sont réduites à des objets décoratifs, simples supports de géraniums distribuant une eau plus ou moins potable, d’autres continuent à rendre de réels services tout comme au temps jadis. On peut s’y désaltérer ou y abreuver un cheval, s’y asperger par temps chaud ou s’y laver les mains, y mettre des bouteilles à fraîchir pour l’apéro, y puiser de l’eau pour arroser ses fleurs, pourquoi pas y laver un peu de linge… Mais on peut faire encore plus fort, car en passant dans le petit village de Compains (124 habitants, Puy-de-Dôme), j’ai pu voir un monsieur qui non seulement y lavait son linge, mais qui a profité pour s’y laver entièrement, oui oui. Le spectacle n’avait évidemment pas la majesté de celui offert par Anita Ekberg se baignant dans la fontaine de Trévi, car l’humble fontaine auvergnate ne saurait rivaliser avec cette dernière, mais il était suffisamment singulier pour surprendre le sociotopologue de passage.

Date de l’article d’origine : 14 août 2019

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s