Les enfants et l’aménagement : retour à Noyal-Muzillac

Nous avons évoqué ici à plusieurs reprises les initiatives qui ont permis d’associer les enfants et les jeunes au projet de bourg de Noyal-Muzillac, une commune rurale du Morbihan. Nous avions souligné l’importance de revenir vers les publics ayant participé à une concertation, pour les informer de la manière dont leurs propositions ont été prises en compte – ce « retour » est la moindre des choses, pourtant il est souvent omis. Cette opération a été conduite le 11 juin à Noyal-Muzillac, d’abord avec les enfants scolarisés dans la commune (environ 80 CM1 et CM2 des écoles publique et privée), puis avec les adolescents.

Dans les deux cas, la présentation a respecté la trame suivante :

  • « Voici ce que vous nous avez dit »
  • « Voici ce que vous avez proposé ou demandé »
  • « Voici le projet, et la manière dont vos idées ont été intégrées »
  • « Voici pourquoi certaines idées n’ont pas pu être intégrées ».

C’est le maire lui-même qui a présenté le projet aux enfants et répondu à leurs nombreuses questions. Au cours des derniers mois, la municipalité a été très attentive à apporter des réponses concrètes aux idées des enfants, principalement sur la sécurité des déplacements dans le bourg et l’équipement des espaces de jeux et de loisirs, et des engagements précis ont donc été pris. Il était également important que les enfants comprennent que tout ne peut pas être réalisé (une piscine, par exemple) dans une commune de cette taille, et que les aménagements ne tombent pas du ciel, mais qu’ils sont payés par les impôts de leurs parents… c’est le b-a-ba de l’éducation à la citoyenneté.

S’il est facile de contacter les enfants dans le cadre scolaire, les choses sont notoirement plus compliquées avec les ados. La première opération avait été un succès, avec 30 participants en mairie un samedi matin. La seconde a bien marché aussi, puisque 27 jeunes étaient au rendez-vous en soirée. Il est vrai que la commune s’était montrée généreuse en pizzas, mais c’est surtout l' »effet réseau » qui a fonctionné, comme le fait que la municipalité avait déjà associé les jeunes à des projets sur les équipements sportifs. A la différence des enfants, les participants ne se sont guère manifestés oralement durant la réunion, mais les propos entendus après celle-ci et autour des pizzas ont permis de constater leur satisfaction au regard des engagements pris. Ceux-ci ne portaient d’ailleurs pas seulement sur des sujets supposés « pour jeunes », du genre city stade ou skate park, mais aussi sur l’offre commerciale ou les conditions générales de déplacement. La question de la place des filles dans l’aménagement des espaces publics a aussi été abordée.

Notre propos, en relatant cette expérience, n’est pas de flatter les merveilleux bureaux d’études qui l’ont conduite ni les formidables élus qui l’ont encouragée, mais de rappeler que la collectivité a tout à gagner à associer ces publics trop souvent négligés, et que pour cela, il n’y a pas besoin de méthodes compliquées, mais plutôt d’une forte implication de tout le monde.

Photo : monsieur le maire échange avec les enfants.

Date de l’article d’origine : 18 juin 2019

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s