En longeant l’Isar (3)

Un petit coup de métro, et nous voici à cinq kilomètres en amont du centre de Munich, toujours au bord de l’Isar mais dans un environnement bien différent. La puissante rivière, gonflée par la fonte des neiges récentes, décrit des sinuosités entre des bancs de galets et des îles boisées. Il y a des parcs publics tout du long, mais plutôt sur l’une ou l’autre rive selon la position de la rivière, tandis que pistes cyclables et sentiers de randonnée maillent tout le lit majeur. Dès la sortie du métro, du côté du parc zoologique, le public apparaît bien différent de celui d’ Englischer Garten : plus jeune, et surtout plus populaire – la proportion de Dirndl et de culottes de peau, qui semble être un bon indicateur, est négligeable ici. Et il y a de bonnes raisons à cela : le paysage est beaucoup moins léché que de l’autre côté, il n’y a pas de réglementation ni de gardiens, et les kilomètres de plages de galets et de levées sont d’immenses espaces de liberté où il est possible de faire… des grillades. Nous y voilà : l’œcuménique grillade permet de réunir dans un même lieu, par une belle soirée de printemps, des gens de toutes origines.

Comme dans Englischer Garten, les gens sont pour la plupart en groupes et venus à vélo. La journée tire à sa fin et le public tend à gagner la rive Est, pour profiter du soleil jusqu’au dernier rayon, le voir se coucher derrière les clochers de Munich, et arroser cette belle journée comme il convient. On sent des effluves de barbecue, et aussi de joints. Tout le monde ou presque a une bouteille de bière (en verre consigné) à la main, les autorités ont d’ailleurs disposé un peu partout de vastes conteneurs grillagés pour recevoir les cadavres. Les enfants patouillent dans des flaques entre les galets, personne ne se risque à faire trempette mais il doit y avoir du monde dans l’eau en été, d’ailleurs ici comme à Berne, la traversée de la ville à la nage est un sport très prisé (et le retour en maillot de bain dans le métro fait aussi partie du folklore local). Bref, l’ambiance est détendue, amicale et familiale, il faudrait voir la nuit si ça ne dégénère pas un peu par endroits, mais en tout cas l’endroit est globalement bien tenu, et les nombreuses traces de grillades sur les bancs de galets sont périodiquement nettoyées par les crues, donc tout va bien. Nous en conclurons donc qu’en matière de parcs et d’espaces naturels accessibles, Munich a de quoi satisfaire tout le monde et c’est une de ses grandes qualités urbaines.

Date de l’article d’origine : 13 mai 2019.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s