« Traitement paysager »

Vu ces temps-ci dans un dossier de Plan local d’urbanisme (PLU), l’expression « traitement paysager » sur un dessin d’espaces publics prévus dans le cadre de schémas d’aménagement de nouveaux quartiers. Il est même question d’ « appliquer un traitement paysager », à la manière dont on appliquerait un traitement contre les pucerons à une plate-bande de rosiers.

Cette expression a un côté magique (on « applique un traitement paysager » à un espace sans qualité, pschitt pschitt, et hop, le voilà tout pimpant), mais elle ne renseigne pas tellement sur ce qu’il s’agit de faire concrètement, si ce n’est solliciter un paysagiste professionnel qui va arriver avec sa boîte à outils pleine d’ « aménités » et de jolis mots (« valoriser », « affirmer », « mailler », « liaisonner », « recoudre », etc). Si ça se trouve, le résultat peut être très bien à l’arrivée, et mes pinaillages sémantiques n’ont peut-être aucun intérêt. Mais plutôt que laisser le paysagiste définir seul les modalités de son « traitement », la collectivité pourrait lui donner quelques directives, s’il lui vient des idées, ou même laisser la porte ouverte à un travail avec les habitants, ce qui permettrait de renforcer la dimension « usages » du projet.

Photo : « traitement paysager » appliqué au parc André Citroën, à Paris. Date de l’article d’origine : 8 janvier 2019.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s