Les sociotopes de ma commune

Profitant d’une période de relatif désœuvrement au printemps dernier, j’ai entrepris de recenser et cartographier les sociotopes de ma commune, ainsi que de relever tous les chemins et sentiers existants, quel que soit leur statut. Ce travail ne pose pas de problèmes techniques particuliers, il suffit d’avoir du temps, de pouvoir sortir quand on a des chances de rencontrer des gens (le week-end, en fin de journée…) et d’utiliser un vélo pour pouvoir passer partout et se déplacer rapidement. Le seul problème est qu’il faudrait pouvoir aussi enquêter auprès des usagers et habitants, et là les choses deviennent plus compliquées car l’affaire prend un caractère plus officiel, je me suis donc passé de cette étape et de ce fait, les informations collectées sont très incomplètes. En particulier, en termes de « valeurs de sociotopes », ce sont surtout les usages qui sont repérables, mais les valeurs subjectives sont difficilement identifiables.

Mais c’est mieux que rien, car la carte (voir ci-dessus) permet immédiatement de repérer les quartiers bien ou mal dotés, ainsi que les espaces qui « pourraient faire mieux » si l’on considère le nombre de valeurs qui y sont attachées. A titre d’exemple, l’espace qui cumule le plus de valeurs et se trouve le plus proche du centre-ville est tout de même à 2 km de celui-ci et beaucoup de gens (les pique-niqueurs par exemple) n’y accèdent qu’en voiture, ce qui suggère que ce serait une bonne idée d’offrir un coin pique-nique en plein centre et au bord de la rivière – pour le moment, il n’y a rien de tel. On peut aussi noter que le meilleur sociotope des jeunes (lieu-dit Kerlano sur la carte) se trouve entre le collège et le lycée et englobe un vaste parking, généralement vide et très utilisé comme lieu de rencontre ou d’évolutions pour divers engins roulants.

Quel est l’intérêt de réaliser ce genre de carte ? A un moment où le Plan local d’urbanisme est en révision, la carte des sociotopes et des chemins peut aider à faire de nombreuses propositions pertinentes, par exemple pour améliorer les conditions d’accès des habitants à certains espaces, développer les fonctions de lieux mal utilisés, ou créer des espaces attractifs là où il en manque.

Date de l’article d’origine : 10 décembre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s