Un parc public calamiteux

Le parc public dit « Jardim Garcia de Orta » se situe au nord de la promenade publique qui borde le Tage, à Lisbonne. Réalisé par un paysagiste portugais à la fin des années 1990, il est dédié au médecin Garcia de Orta et présente en six étapes la végétation rencontrée par les navigateurs portugais lors de leurs explorations maritimes. Le projet est intéressant, mais il apparaît que ce parc constitue en réalité un catalogue de ratages et de défaillances, qui tiennent à la fois à des défauts de conception (en particulier à l’absence totale d’attention à l’accessibilité et à la sécurité) et à un manque d’entretien.

L’entrée commence par un bassin d’eau croupissante, bordé d’une haute paroi de béton, au bord duquel une pancarte interdit la baignade pour des raisons sanitaires. A proximité, une aire de gazon, traversée de parcours sinueux sans doute justifiés par des considérations esthétiques, est dotée de parallélépipèdes de marbre pouvant éventuellement servir de bancs, mais sans dossier. A partir de là commence un parcours peu lisible, qui encourage sans doute l’exploration, mais qui comporte aussi à plusieurs endroits des emmarchements sans justification apparente, qui permettent déjà d’exclure tout ce qui roule ainsi que les personnes ayant du mal à marcher.

L’itinéraire se poursuit par endroits sur des platelages enjambant des bassins sans eau – ce qui est plus prudent, vu la dégradation des lattes de bois dont certaines sont manquantes ou cassées. Par endroits, la largeur du chemin se rétrécit brusquement, créant des risques pour des personnes handicapées. Une section de parcours comporte des dalles de béton posées sur le sol, et soulevées par les racines des arbres. A différents endroits, il faut contourner une palissade ou pénétrer dans une alvéole close. Que va t-on y trouver ? Un groupe de types en train de vider des bouteilles, de se piquer, ou Pervers Pépère avec son grand manteau ? Surprise !

A l’usage, on sent un projet très « conceptuel », comme souvent en matière de création paysagère, mais extraordinairement compliqué, coûteux à réaliser et à entretenir, et ignorant de considérations basiques de confort et de sécurité. Le jardin rate aussi son but, car le visiteur est davantage occupé à regarder où il pose les pieds ou à essayer de savoir vers où aller qu’à admirer la végétation, laquelle est d’ailleurs piètrement mise en valeur. Le résultat est qu’il n’y a personne, alors que les promeneurs se pressent sur la promenade longeant le Tage, où les autorités ont eu la bonne idée de réaliser une large esplanade accessible à tout le monde. Le contraste est fort entre ce parc désertique et abandonné, et l’adorable petit jardin public décrit l’autre jour, dont le concepteur – peut-être un obscur agent municipal – restera à jamais inconnu.

Sur l’état de dégradation du parc : voir ici. Et ici, une vidéo terrible sur l’état général de dégradation du Parque das Nações, dont fait partie le jardin Garcia de Orta.

Date de l’article d’origine : 28 décembre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s