Façades aveugles, espaces sans vie

Dans le 13è arrondissement de Paris, le grand quartier en pleine mutation qui s’étend au sud de la Bibliothèque Nationale, entre la Seine et de l’avenue de France, mérite d’être visité pour quiconque s’intéresse à l’urbanisme et à l’architecture actuelle.

Sans prétendre porter un jugement quelconque sur cette opération complexe et multiforme, on peut en tant que simple visiteur apprécier le souci de créer des rues ouvrant le quartier vers la Seine, mais en même temps ressentir une impression de malaise voire d’oppression dans certaines de ces rues bordées de longues façades aveugles. L’absence de devantures, de fenêtres, de verdure ou de quoi que ce soit d’intéressant à voir crée pour le piéton, dans certaines sections de rues, une impression de « tunnel » – et le fait est qu’on n’y voit pas beaucoup de piétons.

Difficile de ne pas penser ici à l’urbaniste et ethnologue William Whyte, qui déclarait : « Les murs aveugles expriment la suprématie de l’architecture sur l’humanité, de la construction sur la personne ».

Date de l’article d’origine : 12 avril 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s