A qui profite vraiment le design ?

C’est le titre d’un article venimeux de Fred Kent (PPS) [lien disparu] sur un espace public (Sherbourne Common) qui a reçu le Grand Prix des espaces publics au Canada, décerné par la Société canadienne des architectes-paysagistes.

Pour l’auteur, c’est tout à fait le genre d’aménagement dont on peut deviner, à vue de nez, qu’il a dû gagner le Grand-Prix-de-Quelque-Chose – parce que c’est design et totalement « uninvinting ». Commentant la photo ci-dessus, il suggère que les gens sont tellement fiers de cette réalisation qu’ils ne veulent même pas la salir en l’utilisant. Il y a des jeux pour les enfants, mais éloignés les uns des autres et dans un environnement stérile. Les cheminements sont interrompus par des haies ou des fossés sans utilité apparente…

Un intérêt de cet article est le débat très vif qu’il suscite. Des lecteurs signalent que s’il n’y a pas grand-monde dans le parc, c’est que pour une fois, il a été réalisé avant le quartier d’habitat qui va venir à proximité, alors qu’on a plutôt l’habitude d’aménager des parcs une fois que les logements ont été construits.

Date de l’article d’origine : 5 octobre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s