Sous les ponts…

…on peut trouver des situations confortables et agréables pour s’installer dans certaines situations climatiques. Des tas de gens s’en sont aperçus depuis longtemps et ont pratiqué, pas toujours pour le plaisir, ces hôtels du courant d’air.

Ce 18 août au matin, à Nevers, il fait déjà très chaud, et le problème est d’arriver à trouver un coin de fraîcheur pour parcourir le Journal du Centre tout en mangeant un pain au chocolat. La boulangerie étant située juste au bout du pont, il n’est pas difficile d’aller inspecter la berge et chercher le coin idéal. Celui-ci est vite trouvé : juste en-dessous de la première arche, on est à l’ombre et un vent frais passe sous l’arche en donnant pile sur la berge. Pour s’asseoir, il faut se mettre sur un escalier ou sur une pierre : les autorités qui ont implanté deux bancs face aux voitures juste au-dessus n’ont pas encore repéré que le meilleur coin est ici… car en plus de la fraîcheur, il y a du spectacle : dévalant le radier du pont, la Loire bouillonne à quelques mètres, des sternes virevoltent et plongent, des pêcheurs s’affairent dans les remous. Sur la berge, à droite de la photo, les saules frissonnent dans le vent, les touffes pourpres des salicaires et les hampes jaunes des lysimaques illuminent le paysage. L’endroit n’est pas très propre et un rat passe à la recherche de détritus, mais c’est quand même « Freude am Fluss » (voir article sur les baignades en Loire) et un des plus beaux endroits de la ville.

Date de l’article d’origine : 23 août 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s