Lignes de désir

C’est ainsi que l’on appelle depuis quelques années les sentes tracées par l’usage, qui renseignent sur la manière dont les gens veulent utiliser un lieu.

 Vous trouverez ci-contre deux photos prises la semaine dernière dans une ville riveraine de la Loire, à partir d’un même point situé sur une levée qui sépare du lit majeur du fleuve le grand quartier d’habitat social de la ville. Au vu des observations que j’ai pu faire à cet endroit il y a quelques années, de nombreux habitants – notamment des enfants et des adolescents – ne se satisfont pas des pitoyables espaces verts au pied des immeubles, et ils ont juste à franchir la levée pour pénétrer dans la « trame verte et bleue », domaine de liberté, de plaisirs et de découvertes.

 Bien entendu, de tels cheminements ont vocation à être intégrés dans la carte des sociotopes, qu’ils passent ou non sur des terrains publics.

Date de l’article d’origine : 20 août 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s